Aller au contenu principal
 

Paris, Ile-de-France

"INTOWN", une réalisation architecturale exemplaire

Chantier

Ce projet audacieux et contemporain vient de recevoir le Trophée Or du Cadre de Vie de FIMBACTE

Cette réhabilitation d’un ancien ensemble de bureaux des années 80 occupé par la SNCF est spectaculaire. Proche de la gare Saint-Lazare (Paris 9eme), il a été entièrement repensé par l’agence BECHU & ASSOCIES en association avec François LECLERQ et avec l’équipe Rehagreen de BOUYGUES IMMOBILIER pour s’ouvrir sur la ville avec un gain de plus de 3000 m² de surface utile. Rebaptisé « INTOWN », Il accueillera le nouveau siège de La Banque de France. À peine terminé, il est déjà devenu une référence dans les domaines de la qualité de vie au bureau et de l’engagement environnemental. Preuve en est, il vient de recevoir le Trophée Or du Cadre de Vie dans la catégorie « Rénovation / Extension habitat, Bâtiment » de FIMBACTE. SAINT-GOBAIN, en fournissant les verres de contrôle solaire et acoustiques en façade, est fier d’avoir contribué à ce succès !

Plutôt que de repartir de zéro, les architectes imaginent un scénario de réhabilitation sur-mesure qui illustre une ambition environnementale affirmée et offre tous les services nécessaires au confort et à l’efficience. À l’angle de deux rues passantes et ensoleillées, l’intégralité de la façade du bâtiment a été étudiée dans le but de protéger ses occupants des agressions thermiques et acoustiques. Pour les 2000 m² de vitrages, ce sont des solutions SAINT-GOBAIN qui ont été retenues. Notons que les 300 m² de façades en angle sont réalisées avec des verres bombés. Ici, le verre de contrôle solaire Saint-Gobain SGG COOL-LITE SKN 176 a été choisi pour son aspect neutre peu réfléchissant (13 %) et sa grande transmission lumineuse (70 %). La protection solaire modérée de ce verre (0,37) évite une surconsommation d’énergie pour la climatisation et son excellente isolation thermique (Ug de 1,0 W/(m².K)) permet d’éviter les déperditions de chaleur en hiver. Côté acoustique, un verre performant était requis. Le choix s’est donc porté sur le verre feuilleté acoustique SGG STADIP SILENCE de Saint-Gobain, monté en double vitrage. L’ensemble est complété sur les façades planes avec des vitrages SGG PLANISTAR SUN.

Une réalisation exemplaire

Certifié HQE « exceptionnel » (HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE), « Very Good » par BREEAM (BUILDING RESEARCH ESTABLISHMENT ENVIRONMENTAL ASSESSMENT METHOD) et labélisé « BBC-Energie Rénovation », ce projet est un modèle dans le domaine de l’engagement environnemental.

Interview

Trois questions à Anthony Bechu - Architecte, Dirigeant de l'agence Bechu & Associés.

Anthony BECHU

En tant qu’architecte, qu’avez-vous souhaité exprimer avec « INTOWN » ?

En marge de Saint Lazare à proximité des grands magasins, l’ensemble immobilier libéré par la SNCF était une opportunité formidable pour la SCOR, propriétaire, de développer un projet audacieux et contemporain dans la capitale. La SCOR est venue nous trouver moi en tant qu’architecte et Bouygues Immobilier comme maître d’ouvrage délégué, afin de les accompagner dans ce projet ambitieux. Ensemble nous avons associé mon ami urbaniste François Leclercq pour que le projet soit le fruit de nos expertises complémentaires, et s’enrichisse de propositions nouvelles.

Si le programme était évident, son traitement l’était moins. Moderniser un patrimoine immobilier peut appeler diverses possibilités de la démolition à la restructuration. L’impératif contemporain de développement durable exigeait de ne pas céder à la tabula rasa. Il s’agissait d’adapter sinon de transformer cet immeuble postmoderne, pour l’ouvrir à la ville et conférer par là-même une identité nouvelle à la Place de Budapest. Imaginé par R. Humberjean, architecte de la SNCF, et Pierre Colboc auteur de la façade, ces bureaux incarnaient à eux seuls une époque trop souvent ignorée des livres d’histoire et qu’il fallait valoriser en passant d’un bâtiment qui s’adressait à un cœur d’îlot à un bâtiment qui s’adresse et se tourne désormais vers la ville.

« Conserver la mémoire du lieu »

C’est donc pour conserver l’esprit du lieu tout en modelant ses façades que nous avons naturellement associé Pierre Colboc à nos réflexions. Alors que l’immeuble occupe une vaste parcelle, qui face à la Place de Budapest, se retourne le long de la rue de Londres, nous avons tenu à ouvrir l’immeuble sur la ville en le pensant à travers une géométrie adéquate. Alors que la proximité de la gare appelait un gabarit d’immeuble haussmannien, les façades de la rue de Londres, héritées d’un parcellaire du 18ème siècle composé d’hôtels particuliers, impliquaient un changement d’échelle.

« Générer rythmes et transparences »

Les lignes imaginées par Pierre Colboc donnaient également, par la déclinaison d’un module carré, dans la plus sobre régularité. La nouvelle façade, dans son rythme en porte quelques traces subtiles, comme un témoignage intégré. Nous avons en revanche abandonné la minéralité d’origine pour conférer au nouveau bâtiment plus de transparence, et créer ainsi un rapport plus théâtralisé entre l’immeuble et la ville : d’un côté les occupants livrent leurs activités aux passants, tandis que la ville s’offre aux regards des usagers. Deux grands halls ainsi qu’un vaste local commercial s’ouvrent Place de Budapest et rue de Londres pour mieux participer à l’animation urbaine.

« Intensifier la vie jusqu’en haut »

Ce travail d’ouvertures et de transparences s’est accompagné de la volonté de densifier l’ensemble. Au dernier étage, un   « boomerang » vient parachever une composition marquée par la douce courbure de l’angle, réminiscence de la rotonde imaginée par Pierre Colboc. Cet attique ouvre également de nouveaux usages sur un panorama de monuments parisiens : Opéra Garnier au Nord, Basilique du Sacré-Cœur à l’Est, Notre-Dame de la Trinité.

« S’insérer dans une structure existante »

Dans le cadre de bâtiments neufs, nous travaillons sur des trames et des systèmes offrant la plus grande flexibilité. Dans le cadre de restructurations, nous nous frottons à des éléments existants. La réflexion que nous menons sur le développement durable appelle à leur réutilisation...Ici la structure d’origine était bien conçue, tant et si bien qu’elle nous a aidé à penser tous les espaces intérieurs. Nous avons enfin développé une technique qui devait accompagner cette architecture en mettant en scène les poteaux pour leur donner un élancement et prodiguer un sentiment de hauteur.

Cette réalisation a été certifiée HQE « Exceptionnel » et BREEAM « Very Good », a obtenu la labellisation « BBC-Energie Rénovation » et un « trophée du cadre de vie » de FIMBACTE. Obtenir ces certifications était-il un des objectifs de départ ?

L’intention de la SCOR pour cet immeuble était de proposer un bien qui, étant donné son adresse, puisse répondre à de fortes exigences et affirme par ailleurs l’engagement de ce maître d’ouvrage. Il y avait également une obligation réglementaire, voire financière à proposer le meilleur. C’est la raison pour laquelle la SCOR s’est tourné vers Bouygues Immobilier et sa démarche Rehagreen (technique, réglementaire, énergétique, urbanistique, etc...) qui répondait à la question posée et aux ambitions environnementale fixées. Une opération de pilotage conclue au travers d’un CPI Si notre agence est fortement engagée en matière de développement durable depuis des années, il est important de fixer des objectifs ambitieux dès le démarrage qui cadrent l’ensemble des parties prenantes, a fortiori quand on fait face à un sujet complexe de restructuration lourde. C’est ensuite la conjugaison des savoir-faire et de l’envie commune de faire, qui font la réussite d’un tout. Un projet comme celui-ci tient sa réussite quand une alchimie opère entre les Hommes.

Quels étaient vos critères concernant le choix des vitrages ?

Le choix du vitrage pour cette opération était très stratégique tant au point de vue esthétique afin d’obtenir les transparences et percées visuelles recherchées, qu’à un point de vue techniques pour répondre aux performances ciblées. C’est naturellement que Saint-Gobain s’est imposé comme meilleur acteur pour nous accompagner dans ce beau projet.

Cool Lite SKN 176 Contrôle solaire à haute sélectivité - SKN 176
Verre feuilleté acoustique et de sécurité
Verre à couche de contrôle solaire et à faible émissivité.

Trouver un distributeur