Aller au contenu principal
 

Vitrage de sécurité trempé thermiquement

SECURIT

SECURIT est un vitrage de sécurité trempé thermiquement. Il présente une résistance aux contraintes mécaniques et thermiques supérieure à celle du verre recuit classique.

  • Verre de sécurité

Détails du produit

SECURIT est un vitrage renforcé par traitement thermique. Il présente une résistance aux contraintes mécaniques et thermiques supérieure à celle du verre recuit classique. En cas de casse, il se fragmente en petits morceaux peu coupants.

Avantages

SECURIT améliore les caractéristiques du verre sur de nombreux critères :

Fragmentation

En cas de bris, il diminue fortement les risques de blessures car il se fragmente en petits morceaux peu coupants.

Résistances accrues aux contraintes mécaniques

Il procure une résistance aux chocs et à la flexion 5 fois supérieure à celle d’un verre recuit de même épaisseur.

Résistances accrues aux contraintes thermiques

Il présente une résistance aux contraintes d’origine thermique bien supérieure à celle d’un verre recuit classique PLANICLEAR.

Grands ensembles vitrés

Les vitrages ainsi traités et assemblés au moyen d’éléments métalliques permettent la mise en œuvre de larges surfaces vitrées, réduisant au maximum la vue des structures portantes.

Transparence

Utilisé en porte, il favorise l’éclairage de couloirs ou de pièces en deuxième jour, tout en possédant les mêmes caractéristiques spectrophotométriques que le produit de base de même épaisseur avant traitement thermique.

Gamme

En l’absence de toute information relative au type de verre utilisé pour la production d’un verre trempé sous la marque SECURIT, il est d’usage de considérer que le produit de base est un verre clair PLANICLEAR. La plupart des produits verriers de Saint-Gobain sont disponibles en version trempée, à l’exception de :

• certaines références de la gamme DECORGLASS, certains verres à couches,

• des produits pour lesquels la trempe modifie intrinsèquement les caractéristiques et/ou les performances du produit. Par exemple, les vitrages STADIP ou STADIP PROTECT en version trempée apportent, pour certains types d’impact, des résistances différentes de celles des versions non trempées.

Le verre de sécurité SGG SECURIT est généralement disponible dans toutes les épaisseurs, de 4 à 19 mm.

Traitement thermique complémentaire : Heat Soak Test

Afin de réduire le risque de casse spontanée des vitrages trempés due à la présence critique d’inclusions de Sulfure de Nickel (NiS) dans les volumes verriers, il est conseillé, pour certaines applications, de faire subir au verre trempé SGG SECURIT un traitement thermique complémentaire dénommé « Heat Soak Test » (EN 14179). Destructif, ce traitement élimine la plus grande partie des vitrages à risque, sans pour autant, dans l’état actuel de la technique, être capable de les éliminer à 100 %. Le risque de casse spontanée est néanmoins considérablement réduit. Ce traitement est indiqué dans toutes les situations où la conservation du clos et du couvert ou la sécurité des usagers peuvent être menacées par le bris d’un vitrage trempé.

Performances 

• Résistance aux chocs
L’augmentation de la résistance aux chocs permet généralement à un vitrage trempé SECURIT de 8 mm de supporter la chute d’une bille d’acier de 500 g tombant d’une hauteur de 2 m (Essai du double pneu réalisé selon la norme EN 12600). à titre de comparaison, la même bille, tombant d’une hauteur de 0,3 m, brise un verre non trempé de 8 mm.

• Résistance à la flexion
La résistance à la flexion de SECURIT est nettement supérieure à celle d’un vitrage recuit classique. Cette résistance se caractérise par une contrainte de rupture à la flexion minimale de 120 MPa (EN 12150).

• Résistance aux contraintes thermiques
Le verre de sécurité SECURIT supporte des différences de température pouvant atteindre environ 200 °C. à titre de comparaison, cette température est d’environ 30 °C pour un verre recuit classique.


Transformations en usine

SECURIT peut être :

• percé et entaillé (encoches).
Ces opérations doivent obligatoirement être réalisées avant le traitement thermique, • sablé ou dépoli avant trempe thermique (la contrainte maximale admissible peut alors être différente de celle du produit non traité), • muni d’une couche de contrôle solaire (ANTELIO, COOL-LITE), basse émissive (PLANITHERM) ou d’une couche autonettoyante (BIOCLEAN),

• feuilleté (STADIP),

• assemblé en vitrage isolant,

• émaillé,

• sérigraphié. Le traitement thermique ainsi réalisé induit une mise en compression des peaux du vitrage et génère, parfois, des phénomènes d’interférences optiques appelés « fleurs de trempe ». Celles-ci sont inhérentes au principe de fabrication et ne peuvent être considérées comme un défaut (voir EN 12150).

> Caractéristiques des verres trempés pour leur transformation

Les tolérances sur les épaisseurs sont celles de PLANICLEAR.

Tolérances sur la planéité :

• pour une épaisseur e ≤ 6 mm :

     - flèche max. = 3 ‰ sur les bords,

     - flèche max. = 6 mm sur les diagonales,

• pour une épaisseur e ≥ 8 mm :

     - flèche max. = 2 ‰ sur les bords,

     - flèche max. = 5 mm sur les diagonales.

Façonnage

Les façonnages, les perçages et les encoches sont effectués en usine, avant la trempe. Après cette opération, ces vitrages ne pourront être ni découpés, ni façonnés, ni dépolis. Les diverses manipulations sont réalisées de manière à ce que les chants, les arêtes et les surfaces des vitrages trempés ne soient pas altérés. Les façonnages standard sont les suivants :

• chant biseauté ou arêtes abattues (AA),

• chant meulé ou plat mat (JPI),

• chant meulé lisse ou plat satiné (JPPI),

• chant poli ou plat poli (JPP),

• biseau.

Les bords d’un trou peuvent être :

• biseautés à 45° pour des diamètres ≤ 50 mm,

• biseautés, plats mats, plats satinés ou plats polis pour des diamètres ≥ 30 mm. D’autres façonnages sont disponibles sur demande (voir page 464). Perçage Le diamètre d’un trou est au moins égal à l’épaisseur « e » du verre. De plus, par rapport à la largeur « l » du volume, le diamètre « Ø » (ou le cumul des Ø) est au plus égal à :

• l/4 pour un verre trempé thermiquement de e ≤ 6 mm, • l/3 pour un verre trempé thermiquement de e = 8, 10, 12 mm.

Perçage

Le diamètre d’un trou est au moins égal à l’épaisseur « e »du verre. De plus, par rapport à la largeur « l » du volume, le diamètre « Ø » (ou le cumul des Ø) est au plus égal à :

• l/4 pour un verre trempé thermiquement de e ≤ 6 mm,

• l/3 pour un verre trempé thermiquement de e = 8, 10, 12 mm.
Règles d’implantation des trous

Figures 1 et 2

Tolérances sur la position des trous

Côté inférieur à 1 m : +/- 2 mm

Figures 3 et 4

Encoches

Lorsque les bords extérieurs de l’accessoire sont alignés sur les bords du verre, le jeu existant entre la partie intérieure de l’accessoire et le verre sera toujours compris entre 4 mm (maximum) et1 mm (minimum).

Règles d’implantation des encoches (fig. 5)

• Y1 ≤ X1 et Y1 ≤ X2 :la hauteur d’une encoche ne doit pas dépasser sa largeur.• b ≥ X1/2 : la distance entredeux encoches sera au moins égale à la moitié de la largeur de l’encoche la plus grande.• a ≥ X1/2 et a ≥ 100 mm :la distance entre l’encoche et le bord du verre doit être au moins égale à la moitié de la largeur de l’encoche et cette distance doit être supérieure à 100 mm.• R ≥ e : le rayon de l’encoche sera au moins égal à l’épaisseur du verre.

 

Figures 5 et 6

Tableau - tolérance sur le diamètre des trous - cotes minimale

Page 1

page2